Absence non justifiée : Adoptez les bons réflexes

Absence non justifiée : Adoptez les bons réflexes

Lorsqu’un de vos salariés ne se présente pas à son poste de travail, il peut y avoir plusieurs explications. Tant que vous n’avez aucune information, vous ne pouvez pas agir de manière disciplinaire. Et en aucun cas, il ne faut se précipiter.
Cependant, il ne faut pas rester inactif et avoir les bons réflexes !

Ne rien présumer de cette absence

Vous ne pouvez pas déduire de l’absence de votre salarié qu’il a pris la décision de démissionner. Une démission ne se présume pas, elle doit être claire et non équivoque.
Les raisons de son absence peuvent être multiples et vous devez laisser le temps à votre salarié de vous en informer.

48 heures pour justifier son absence

Si la Loi ne prévoit pas de délai fixe, la plupart des conventions collectives prévoit un délai de 48 heures pour que le salarié transmette un justificatif d’absence.
Ce justificatif peut être un arrêt de travail ou un certificat médical pour enfant malade.
Certaines conventions collectives ou règlements intérieurs peuvent prévoir des délais plus longs.
Tant que ce délai n’est pas écoulé, vous ne pouvez pas agir.
Éventuellement, vous pouvez vous enquérir de son état de santé mais cela doit être fait de manière courtoise et sans insistance.

Et une fois ce délai passé ?

Encore une fois, vous devez prendre toutes vos précautions. Il n’est pas encore temps de penser à la sanction du salarié.

Cependant, il est essentiel d’envoyer à votre salarié une mise en demeure de vous transmettre un justificatif médical ou de reprendre son poste. Idéalement, vous l’avertissez également qu’il encourt une sanction disciplinaire en l’absence de réponse.
Si vous attendez trop longtemps avant d’agir, cela pourrait vous être défavorable au cours d’un futur conflit prud’homal.

Ce courrier sera envoyé en lettre recommandée avec accusé de réception afin que vous en ayez un suivi pour le dossier de votre salarié.
En l’absence de réponse, et après un délai raisonnable (en tenant compte des délais postaux), vous pouvez transmettre à votre salarié une nouvelle mise en demeure.

Si votre salarié réintègre son poste…

… et vous remet un justificatif d’absence

Vous pouvez sanctionner cette transmission tardive par un avertissement, dans lequel vous lui rappellerez ces obligations. Selon la situation, un simple rappel à l’ordre oral peut suffire.

… et ne vous donne ni justificatif d’absence ni explication

Il s’agit d’un comportement fautif et désinvolte. Une sanction disciplinaire est fortement conseillée.
Si vous souhaitez lui adresser un simple avertissement, un entretien préalable n’est pas nécessaire, sauf si votre règlement intérieur ou votre convention collective vous l’impose.
Si vous envisagez une sanction plus lourde, une entretien préalable sera nécessaire.

Si votre salarié ne réintègre pas son poste

L’issue devient alors inéluctable et une procédure de licenciement peut bien évidemment être engagée.
Il conviendra de respecter la procédure pour licenciement personnel.
Le motif de licenciement pourra être cause réelle et sérieuse ou faute grave et dépendra de différents critères tels que :

  • l’ancienneté du salarié,
  • ses états de service,
  • les explications qu’il vous aura éventuellement fournies lors de l’entretien
  • les conséquences de son absence
  • etc…