Et si je recrutais un apprenti ?

Le choix de recruter un apprenti relève souvent d’une volonté de participer à la formation des jeunes tout en répondant à un besoin de main d’oeuvre. Bien sûr l’apprenti n’est pas présent tous les jours mais son salaire est adapté ! Faisons le point.

Généralités

Âge de l’apprenti

Il est possible de conclure un contrat d’apprentissage entre 16 et 29 ans (révolus).

Certains publics peuvent entrer en apprentissage au-delà de 29 ans révolus :

  • les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui obtenu,
  • les travailleurs handicapés,
  • les personnes ayant un projet de création ou de reprise d’entreprise.

Nature et durée du contrat

Le contrat d’apprentissage est souvent conclu pour une durée déterminée (CDD) mais peut également être conclu pour une durée indéterminée (CDI).

La durée de l’apprentissage peut être :

  • au minimum de 6 mois
  • et au maximum de 4 ans.

Pour quel type de formation ?

Si l’idée reçue est que l’apprentissage concerne des formations de niveau CAP, BEP ou BAC, il est en fait ouvert à tous types de formation.

L’apprentissage permet de préparer :

  • un diplôme professionnel de l’enseignement secondaire : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), baccalauréat professionnel, brevet professionnel, mention complémentaire, brevet des métiers d’art
  • un diplôme de l’enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme universitaire de technologie (DUT), licences professionnelles, diplômes d’ingénieur, d’école supérieure de commerce, etc.

Quelle rémunération ?

La rémunération est fonction de l’âge de l’apprenti mais également de son année d’étude.

Certaines conventions collectives peuvent prévoir des niveaux de rémunération plus élevés.

Exonérations de cotisations et Aides à l’embauche

Exonérations salariales

L’apprenti sera exonéré de cotisations salariales à hauteur de 79 % du SMIC, soit pour 2019 : 1 201,76 €. Si l’apprenti perçoit un salaire plus élevé, seul l’excédent sera soumis à cotisations.

Il reste toujours redevable des éventuelles cotisations de prévoyance et mutuelle s’il entre dans leur champ d’application.

Peu importe sa rémunération, il est exonéré en totalité de CSG et de CRDS.

Au niveau fiscal, il est exonéré d’impôt sur le revenu dans la limite d’un SMIC annuel, soit pour 2019 : 18 254,64 €.

Exonérations patronales

L’employeur bénéficie d’une réduction de cotisations patronales sur l’ensemble des cotisations Urssaf, retraite et chômage pour une rémunération inférieure ou égale au SMIC.

Au-delà, la réduction sera dégressive.

Aide à l’apprentissage

Au 1er janvier 2019, une nouvelle aide à été créée et remplace les anciens dispositifs :

  • l’aide TPE jeunes apprentis
  • la prime régionale à l’apprentissage pour les TPE
  • l’aide régionale au recrutement d’un apprenti supplémentaire
  • le crédit d’impôt apprentissage

Cette nouvelle aide unique est d’un montant de :

  • 1ère année du contrat d’apprentissage : 4125 € maximum
  • 2ème année du contrat d’apprentissage : 2000 € maximum
  • 3ème année : 1200 € maximum
  • 4ème année : 1200 € maximum

Pour bénéficier de cette aide, vous devez :

  • avoir moins de 250 salariés,
  • avoir conclu le contrat d’apprentissage après le 1er janvier 2019,
  • recruter des apprentis préparant un diplôme ou un titre à finalité professionnelle de niveau inférieur ou égal au bac.
Digitalisez votre paie

Découvrez NewDeal, une solution qui automatise votre paie et simplifie les échanges avec vos collaborateurs.

Partager cet article